Affichage : 1 - 3 sur 3 RÉSULTATS
DIY bougies fleurs séchées

DIY à la maison : Bougies et fleurs séchées

Je vous propose aujourd’hui un DIY hyper cool pour celles et ceux qui comme moi adorent les bougies ! En effet, en réaliser chez soi est hyper simple… A condition bien sûr d’avoir de la cire. Vous en trouverez assez facilement, même en ligne (confinement oblige), voici un exemple de cire en copeaux à faire fondre au bain marie.

Pour décorer vos bougies, je vous propose des les garnir de petites fleurs séchées ou de pétales : cela donne un rendu délicat et poétique.

Si vous n’avez pas de moule pour couler la cire fondue et former une grande bougie cylindrique, pas de panique ! Vous pouvez utiliser des emportes-pièces à biscuit ou upcycler de la vieille vaisselle. Ici, j’ai utilisé une vieille flute à champagne et des emporte-pièces triangulaires de différentes tailles.

Matériel nécessaire

Vous aurez donc besoin :

de cire prête à l’emploi (paraffine/stéarine ou pour les adepte du naturel de la cire de soja) – idéalement en copeaux car cela fond plus facilement au bain marie

d’un sachet en plastique qui résiste à la chaleur (type sachet de cuisson)

de petites fleurs séchées (broom bloom ou lavande par exemple) ou de pétales

d’une casserole

de la vieille verrerie ou des emporte-pièces (ou tout autre support de votre choix)

des mèches à bougie ou de la simple ficelle

de cire à modeler (ou de la pate à modeler ou de la pate à fixe si vous n’avez vraiment pas !

du colorant (en cire solide ou liquide) – optionnel

des huiles essentielles ou de la fragrance cosmétique – optionnel

1ere étape : faire fondre la cire

Commencez par verser de la cire dans le sachet en plastique. Puis faites-la fondre au bain marie en déposant le sachet dans une casserole remplie d’eau à feu moyen.

DIY bougies fleurs séchées

Veillez bien à ce que l’eau n’entre pas en contact avec la cire dans le sachet en le maintenant bien à la verticale.

2e étape : colorer/parfumer la cire – optionnel

Lorsque la cire est fondue et donc liquide, versez le colorant dans la quantité souhaitée.

Pour réaliser un dégradé je vous conseille de commencer la préparation de la bougie sans colorant sur un tiers de remplissage du contenant, puis rajoutez un peu de colorant et remplissez d’un autre tiers et répétez l’opération une dernière fois : vous obtiendrez un dégradé coloré sur trois niveau – modulable

Puis vous pouvez ajouter quelques gouttes d’huile essentielle (de citron, de lavande…) ou de fragrance (moi j’ai choisi Monoï pour mettre un peu d’été dans mon salon) . Assurez vous que toute la cire fondue en soit imprégnée uniformément.

3e étape : Réalisation de la bougie

Si votre mèche est une simple ficelle, trempez la brièvement dans la cire fondue sur toute la longueur. Puis étendez-là bien à plat sur du papier pour qu’elle se rigidifie et soit bien droite.

Si votre contenant est un emporte-pièce, colmatez le fond de l’emporte pièce avec la cire à modeler de telle sorte qu’il n’y ait aucune fuite. Fixez ensuite la mèche bien au centre.

Versez la cire dans le contenant en veillant à garder suffisamment de longueur de mèche à l’extérieur pour pouvoir allumer la bougie par la suite.

Pour décorer la cire avec des fleurs séchées, vous pouvez simplement verser uniformément un peu de fleurs séchées au fur et à mesure que la cire se refroidit. Au début quand elle est chaude et liquide les fleurs coulent, et quand elle se solidifie, elles restent plus en surface.

Je vous conseille de maintenir la mèche bien au centre, si besoin vous pouvez utiliser des cure-dents comme moi.

Une fois que la cire est refroidie : votre bougie est terminée ! Il ne vous reste plus qu’à en profiter. (et à profiter de sa douce odeur si vous avez mis des huiles essentielles ou de la fragrance !)

N’hésitez pas à partager des photos de vos réalisations sur nos réseaux sociaux Facebook ou Instagram !

Si d’autres tutos à réaliser chez soi vous intéressent, pourquoi ne pas vous lancer dans la teinture végétale ? Il n’y a besoin que de très peu de matériel. De plus, cela peut être réalisé facilement avec des enfants (si vous leur cherchez des occupations !).

Tuto DIY Teinture végétale

DIY à la maison : Teinture végétale

Je vous propose aujourd’hui un tutoriel pour découvrir la teinture végétale et teindre vous-même un support en tissus avec la teinture que vous aurez conçue ! Vous allez voir, c’est très simple, mais également très ludique et c’est une activité que vous pouvez facilement réaliser avec des enfants.

Nous vivons actuellement une période de confinement en France comme dans beaucoup d’autres pays dans le monde. C’est une période un peu particulière mais tirons-en les bénéfices qu’il y a à en tirer… car il y en a !

C’est l’occasion de profiter de son chez-soi, de faire un petit ménage de printemps, de lire, de profiter de sa famille et de redécouvrir ses liens d’amitié grace à la technologie (merci les skypéros !). Mais c’est aussi l’occasion de se lancer dans des DIY à la maison, ça occupe, ça détend et c’est productif ! Alors profitez aujourd’hui d’un atelier DIY à faire chez soi !

Pour cet atelier DY Teinture végétale, vous aurez besoin :

de vinaigre blanc

d’un support textile en matière naturelle de couleur claire (coton, lin, chanvre, laine…)

d’ingrédients naturels pour réaliser la teinte désirée (voir liste ci-dessous)

de plusieurs élastiques

d’une casserole

et d’eau du robinet !

A priori, vous devriez avoir tout ça chez vous ! En ce qui concerne le support textile, j’ai pour ma part choisi un tote-bag en coton naturel, mais vous pouvez choisir d’up-clycler un vieux t-shirt ou un chemisier (que vous ne porteriez plus parce qu’ils sont tachés par exemple), un drap ou même des housses de coussin.

Concernant les ingrédients pour la teinture végétale, tout dépend du coloris souhaité. Voici quelques exemples :

Jaune ou orange : curcuma, pelures d’oignon, feuilles de bouleau, bruyère, agrumes, artichaut , persil, safran, fanes de carottes

Rouge : fleurs d’hibiscus, raisin rouge,  pelures d’oignon rouge, 

Bleu : mûres, choux rouge, myrtilles, cassis, fleurs de lavande 

Vert : épinard, fougère, thym, feuille de figuier

Beige : betterave, thé, pomme de pin

1ere étape : préparer le tissus à recevoir la teinture

C’est l’étape dite du mordancage pour les mots techniques!

Remplissez la casserole d’eau et versez-y du vinaigre blanc à raison de 10% du poids du textile (si vous n’avez rien pour le peser, pour vous donner une idée mon tote-bag en coton pèse 60g, donc j’ai versé 6g de vinaigre blanc, c’est-à-dire 60mL) puis laissez tremper le support textile pendant une demie journée.

Puis sortir le textile, le rincer à l’eau claire et l’essorer.

2eme étape : préparer la teinture végétale

Commencez par hacher les végétaux de votre choix pour en libérer les pigments. Pour ma part je vais réaliser une teinture au curcuma déjà en poudre que j’ai tout simplement trouvé dans ma cuisine.

Remplissez ensuite environ aux 3/4 une casserole avec les végétaux (selon leur volume bien sûr). Pour le curcuma en poudre, j’ai versé 3 grosses cuillères à soupe.

Vous pouvez ensuite remplir la casserole d’eau et faire bouillir pendant environ une heure jusqu’à obtenir la teinte désirée. Une fois que c’est bon, filtrer l’eau et laisser refroidir un peu.

3eme étape : préparation du motif tie and dye

C’est là que les élastiques entrent en jeu. Pour ma part, je suis partie sur un motif de cercles dégradés, très simple à réaliser. Il suffit de partir du centre du tissus et de nouer un élastique sur un petite partie du tissus puis prendre plus large autour, nouer un autre élastique, et encore une troisième fois pour former 3 cercles. Vous pouvez en réaliser encore plus si votre support est de taille suffisante.

Tuto DIY Teinture végétale

Si vous préférez partir sur un autre motif, je vous renvoie vers le site wiki how qui illustre plusieurs exemples motifs.

4eme étape : teindre le support textile

Placez le support textile dans la casserole contenant la teinture végétale. Faites chauffer le mélange à feu moyen pendant 1 heure en remuant régulièrement pour que tout le tissus trempe bien et que la couleur soit uniforme.

Si besoin, laissez le tissu tremper encore quelque temps dans la teinture qui refroidit, pour qu’il soit bien imprégné et suffisamment coloré car la couleur du tissus s’éclaircira un peu en séchant. Lorsque le tissus a la teinte désirée, vous pouvez le retirer de la casserole, bien le rincer à l’eau claire et retirer les élastiques. Enfin vous pourrez l’essorer et le faire sécher : vous avez terminé !

J’espère que ce petit tuto vous a plu, n’hésitez pas à m’envoyer des photos de vos créations sur ma page Facebook ou sur Instagram #ateliersmezcla !

Si ça vous a donné envie de participer à un atelier DIY ou d’en offrir un, vous pouvez me contacter pour privatiser un atelier à l’occasion d’un anniversaire ou d’un EVJF, mais vous pouvez également acheter un bon cadeau pour offrir un atelier créatif à l’un de vos proche !

Tuto DIY Teinture végétale
Créer son site wordpress

DIY : Réaliser son site internet sur WordPress

Vous êtes nombreux dans mon entourage à me demander comment j’ai réalisé ce site internet sous wordpress, et oui, car DIY oblige : c’est moi qui l’ai fait !

Pas besoin d’être un professionnel ou d’avoir des connaissances informatiques poussées pour réaliser un site internet comme le mien (toutefois si vous voulez réaliser un site internet avec plein de fonctionnalités spécifiques compliquées, là évidemment, c’est tout de même un métier et je vous conseille de faire appel à professionnel).

Je vais vous partager les articles qui m’ont beaucoup aidée lorsque j’ai réalisé mon site internet, car ils expliqueront tout bien mieux que moi et que je n’ai pas vocation à plagier leurs conseils. J’espère toutefois que cet article vous permettra de gagner beaucoup de temps en vous redirigeant vers des solutions qui ont fonctionné pour moi.

La solution que j’ai choisie pour construire mon site est WordPress, c’est la solution la plus largement utilisée et que je vous conseille pour sa simplicité et les multitudes de plugins gratuits qui existent pour agrémenter votre site de fonctionnalités particulières. WordPress est gratuit et vous aurez simplement besoin de souscrire les services d’un hébergeur et acheter un nom de domaine.

C’est vraiment la solution la moins couteuse, pour ne rien vous cacher, j’ai payé 72€ pour un an d’hébergement chez o2switch et 13€ pour mon nom de domaine, que j’ai pris par OVH.

1ere étape : Créer son site internet en local

Vous trouverez beaucoup d’informations sur le net, et c’est franchement dur de s’y retrouver, les manipulations pour créer une base de données et interfacer avec wordpress peuvent être assez compliquées donc je vais vous faire gagner un temps fou en vous parlant d’un outil que je trouve REVOLUTIONNAIRE par sa simplicité : Local by Flywheel. Cet outil vous permettra de créer très simplement votre site internet en local, c’est à dire sur votre ordinateur. Ainsi, cela vous laisse le temps de créer, paufiner et alimenter votre site web avant le grand lancement : la mise en ligne.

Voici un article qui explique très bien comment créer son site wordpress local avec Local by Flywheel.

2eme étape : Acheter un nom de domaine

Votre nom de domaine, c’est l’adresse de votre site internet : www.nom-domaine.fr

La première chose à faire est de s’assurer qu’il est disponible ! Vous pouvez effectuer une recherche en ligne ou sur le site de votre hébergeur par exemple : https://www.ovh.com/fr/domaines/

J’ai choisi de souscrire un nom de domaine chez un prestataire différent de mon prestataire d’hébergement, pour assurer mon indépendance vis à vis de mon hébergeur (au cas où je déciderai d’en changer) mais vous pouvez également souscrire à une solution clé en main et acheter votre nom de domaine chez votre hébergeur. Le prestataire que j’ai retenu pour l’achat de mon nom de domaine est OVH, OVH est une entreprise française dont le siège social est situé à Roubaix et c’est le leader français en la matière.

Pour votre nom de domaine, le prix dépendra des extensions que vous achetez. Par exemple, j’en ai acheté deux : .fr et .com mais j’aurais aussi pu opter pour .org ou .net et cela m’aurait couté moins cher. Ou j’aurais pu n’acheter que le .fr ou que le .com. C’est bien d’acheter un max d’extensions pour s’assurer que tout vous appartient : eh oui car si quelqu’un décide de mettre son site internet sur https://ateliersmezcla.net : il le peut, car je ne l’ai pas acheté ! Mais j’ai déjà le .fr et le .com qui sont les extensions les plus utilisées en France.

3eme étape : Souscrire un hébergeur

J’ai choisi o2switch après bien des recherches et comparaisons sur internet. Il semblerait que ce soit le meilleur rapport qualité/prix. En effet, je paye 72€ par an pour leur solution d’hébergement. En plus c’est un prestataire français et proche de chez moi puisque leur siège social est à Clermont Ferrand.

Petit code promo offert par Alex de WP Marmite dont les articles sont hyper intéressants et très bien expliqués : -15% avec le code WPM15.

Si comme moi vous avez acheté un nom de domaine chez un autre prestataire, il faut ensuite domicilier votre nom de domaine chez votre hébergeur. Chez o2switch, j’ai utilisé l’outil Softaculous avec une installation WordPress pour créer mon site wordpress.

Vous pourrez ensuite taper votre URL dans la barre de recherche : c’est tout vide mais c’est à vous, c’est votre site internet !

Si vous voulez mettre un petit mot dessus pour expliquer que le site est en construction, vous pouvez accéder à votre backoffice, soit la partie administration de votre site web par vos identifiants wordpress choisis lors de la création par Softaculous sur l’URL suivante https://www.nom-domaine.fr/wp-admin/

4eme étape : La migration vers votre site wordpress

Vous avez terminé la version locale de votre site internet, il est beau et il vous plait : vous êtes prêts pour la mise en ligne.

Tout d’abord il vous faudra télécharger un client FTP qui vous permet de transférer vos données de votre ordinateur vers votre site internet. J’utilise pour ma part FileZilla. Les coordonnées de votre serveur FTP vous ont été communiquées par votre hébergeur.

Ensuite vous devrez créer une base de données pour votre site internet. Si comme moi vous êtes hébergés chez o2switch, voici la procédure à suivre. Si vous avez choisi un autre hébergeur, vous trouverez toutes les explications en ligne assez facilement.

Je vous invite ensuite à suivre les conseils d’Alex de WP Marmite en vidéo pour migrer votre site internet facilement grâce au plugin Duplicator.

C’est l’étape la plus délicate et compliquée mais je suis sûre que vous vous en sortirez !

Si vous avez souscrit à plusieurs extensions chez votre hébergeur, n’oubliez pas de cloner votre site internet principal sur vos autres extensions chez votre hébergeur (avec Softaculous pour ma part chez o2switch donc). C’est ce qui me permet de vous rediriger vers https;//ateliersmezcla.com lorsque vous recherchez https://ateliersmezcla.fr

Conclusion

J’espère que ces explications vous seront utiles, je n’ai vraiment pas la prétention de vous expliquer quoi que ce soit, simplement de vous aider dans la sélection des prestataires et des tutos à suivre pour en arriver au résultat que vous souhaitiez : réaliser vous-même votre site internet !

Et si vous vous êtes un peu arraché les cheveux, sachez que moi aussi ! Et pour vous détendre, je vous recommande de vous inscrire à un petit atelier DIY si vous avez la chance d’habiter sur Lyon ou alentours. Promis promis, ça détend !

Suivez-nous !